Le tiers payant

L’accompagnement administratif

Vous avez des problèmes d’audition ? Vous voulez vous munir d’un appareil auditif pour augmenter votre confort acoustique ? Vous redoutez que cela vous coûte cher ou de ne pas pouvoir avancer les frais ? Nous allons voir ensemble les dispositifs administratifs dont vous pouvez bénéficier et leurs modalités de fonctionnement.

Acheter un appareil auditif : faut-il avancer les frais ?

Nombreux sont les malentendants qui décident chaque année de s’équiper pour se sentir plus à l’aise dans leur environnement. En 2018, c’est près de 840 085 prothèses auditives qui ont été vendues, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente. Cette tendance à la hausse s’est confirmée les années suivantes. Une question néanmoins se pose : À quelle hauteur peut-on être remboursé ? Doit-on avancer les frais lorsque l’on fait l’acquisition d’une prothèse ?

Depuis le 1er janvier 2021, un remboursement de tout appareil auditif à hauteur de 60% est proposé par la Sécurité sociale pour les personnes ayant plus de 20 ans, sur une base de 400 euros. Cela représente un montant de 240 euros par oreille (60% de 400 euros). D’autre part, les malentendants peuvent bénéficier du « Tiers-Payant ». Il suffit pour cela que le centre auditif où vous réalisez l’achat soit conventionné avec votre mutuelle. Dans ce cas précis, vous n’avancez donc pas les frais remboursables par la Caisse d’assurance maladie et les mutuelles.

le tiers payant permet de financer ses appareils auditifs

Le remboursement de votre appareil auditif et le principe du « Tiers-Payant » : quel est le périmètre d’application ?

Il important d’avoir à l’esprit qu’un centre auditif n’est pas automatiquement conventionné avec toutes les mutuelles. À ce titre, on ne peut pas bénéficier du Tiers-Payant en toutes circonstances. Il faut vérifier qu’il existe bien une convention entre votre mutuelle et le centre auditif en question. D’autre part, les appareils auditifs réalisés par des audioprothésistes sont classés en deux catégories :

  • Ceux de la classe 1 rentrent dans le dispositif « 100% santé » déployé par le gouvernement. Sont concernées toutes les personnes ayant une complémentaire santé responsable. Dans ce cas de figure, il ne reste pas de frais à la charge du patient après le remboursement par la Sécurité sociale et sa mutuelle. Il s’agit d’appareils auditifs dits « basiques »
  • Ceux de la classe 2 sont des appareils auditifs plus performants, incluant une technologie plus développée. Ils sont remboursés à hauteur de 60% sur une base de 400 euros. Il est intéressant de noter que les mécanismes de remboursement sont les mêmes pour les deux catégories, à la différence que les équipements de classe 1 sont beaucoup moins chers. Cela ne veut pas dire pour autant que l’équipement de classe 1 réalisé par un audioprothésiste ne serait pas d’assez bonne qualité pour compenser un déficit d’audition.

Si vous voulez bénéficier du « Tiers-Payant », assurez-vous que votre audioprothésiste fait partie d’un centre conventionné avec votre mutuelle. C’est l’unique garantie que tout ou partie de vos frais soient remboursés. De la même manière, renseignez-vous sur les différentes classes d’appareils. Les professionnels sont obligés de vous proposer des appareils de classe 1 pour corriger votre audition.