Comment convaincre un proche de faire un test auditif ?

Le sujet de la perte auditive est en général délicat à évoquer avec un proche qui semble en souffrir. Ce handicap est en effet difficile à accepter pour certains sujets, notamment la nécessité de se faire accompagner. Alors comment en parler pour faire avancer les choses et convaincre l’intéressé de réaliser un test auditif ?

Trouver les mots justes pour initier la conversation

La perte de l’audition est un phénomène courant lié à l’âge. À partir de 50 ans, les spécialistes conseillent de faire tester son audition de façon périodique. En la matière, l’entourage a un rôle majeur à jouer pour faire accepter une déficience auditive à un proche, et surtout l’encourager à faire un bilan auditif. Avant d’en arriver là, quelques signes caractéristiques de perte probable d’audition de votre proche vous ont alerté :

• Il augmente fréquemment le volume de la télévision ou de la radio ;

• Il faut souvent lui répéter les phrases ou les mots ;

• Il demande assez souvent de mieux articuler.

N’hésitez pas à aborder calmement le sujet en lui expliquant que le phénomène est courant et qu’il existe de nos jours des solutions très efficaces et surtout discrètes. Si votre proche n’admet pas avoir une déficience auditive, demandez-lui avec beaucoup de bienveillance de consentir à tester son audition. Pour le rassurer, expliquez-lui que le test auditif s’adresse à tout le monde et qu’il est ordinairement réalisé dans un cadre préventif. Une audiométrie n’est pas seulement réservée aux sujets atteints de surdité avérée.

Tout comme pour la vue, il est utile de contrôler sa santé auditive auprès d’un audioprothésiste. Pour encourager la personne, proposez de l’accompagner sur toutes les étapes de ce dépistage. En couple, en famille ou avec un ami, les personnes malentendantes se sentent soutenues et moins isolées face à leur handicap.

N’hésitez pas à prendre un rendez-vous

Pour motiver votre proche, n’hésitez pas à vous renseigner en amont sur comment tester son audition, les solutions auditives, les différents prix, le parcours de soins, etc. Cela vous permettra de recueillir assez d’informations pour faire le point sur le cas qui vous concerne et mieux cerner les éventuelles réticences de votre parent.

N’hésitez pas non plus à prendre un rendez-vous chez un audioprothésiste afin qu’il procède à une audiométrie complète. Mais le plus important est d’accompagner la personne. Votre présence avec lui chez l’audioprothésiste permettra de mettre le sujet en confiance et d’apporter de plus amples informations au professionnel. C’est-à-dire, des éléments de réponse dont le patient lui-même n’a pas conscience et qu’il n’aurait pas pu donner s’il était seul.

Impliquez-vous lors de l’interrogatoire, en donnant votre ressenti et votre avis, ou en faisant des propositions quant aux offres qui lui seront faites. Vous contribuez ainsi à guider la personne dans ses choix et à la rassurer.

Les bénéfices de l’appareillage

Dans la majorité des cas, les personnes atteintes d’une perte auditive ont en tête l’image handicapante des appareils auditifs que nos grands-parents portaient. Cela peut effectivement effrayer tout patient et provoquer le refus du passage chez l’audioprothésiste.

Si votre parent pense que les dispositifs auditifs sont voyants, lourds et très stigmatisant, parlez-lui des dernières innovations en la matière. En effet, les avancées technologiques permettent désormais d’être équipé d’un appareil auditif léger, discret (voire invisible) et ultra-performant.

Argumentez suffisamment en mettant bien l’accent sur les bénéfices offerts par une aide auditive sur la vie quotidienne. Insistez sur le fait que les nouvelles solutions auditives sont très discrètes et qu’on s’en rendrait difficilement compte s’il en porte. Vantez-lui l’opportunité de réentendre à nouveau normalement et avec aisance les sons perdus, ainsi que les conversations des amis ou des différents membres de la famille.

Une fois le dialogue ouvert, il devient plus facile de lui proposer de sauter le pas et de tester son audition dans un centre agréé pour un bilan auditif complet et personnalisé !

 

conseiller un test auditif à un proche

Les risques possibles de ne pas se faire appareiller

Une personne qui visiblement souffre de perte d’audition et qui ne décide pas à se faire aider par un audioprothésiste, risque d’observer une diminution progressive de sa qualité de vie. En effet, notre mécanisme auditif est étroitement lié à notre système cognitif. Autrement dit, plusieurs zones du cerveau sont dédiées à la perception et à l’analyse des sons produits autour de nous. Lorsqu’un sujet souffre d’un dysfonctionnement auditif, il sollicite de moins en moins ces parties du cortex cérébral. Ceci aura pour conséquence la baisse de ses capacités.

En un mot, plus tôt votre parent utilisera une prothèse auditive, plus vite il préservera ses capacités cognitives.

Une surdité complète n’aura donc pas le temps de s’installer et les conséquences dans sa vie quotidienne seront résorbées. Pour information, les malentendants qui rejettent toute solution d’appareillage ou qui ne sont pas assez soutenus par leur entourage sont souvent confrontés à des situations de perte de confiance en soi, d’isolement et de dépression. Il est donc nécessaire d’en parler et de s’orienter rapidement vers une solution adaptée.